02/355.55.39 otp@tubize.be

LOCOMOTIVES TUBIZE

Le point sur les locomotives fabriquées par les Ateliers de Tubize

Les types de locomotives Tubize avant 1865

Ce n’est qu’à partir de 1865, sous l’égide de la Société anonyme d’Exploitation de Chemins de Fer (SE), que les locomotives produites par les Ateliers de Tubize (AT) ont été classées selon leur type. Il y eu finalement près de 200 types Tubize différents de 1865 à 1951 !

Avant cela, il n’est jamais question d’une quelconque classification aux AT. Néanmoins, par commodité, certains spécialistes se sont essayés à une répartition systématique et logique de la petite cinquantaine de locomotives antérieures à 1865. Ces classifications adoptent divers critères, par exemple l’usage qui était réservé aux machines : locomotives à voyageurs, à marchandises, industrielles, etc. La disposition des essieux peut également intervenir dans cette classification, voir même la Compagnie de chemin de fer (CF) à laquelle ces locomotives étaient destinées.

Il reste cependant difficile de proposer une classification qui convienne parfaitement. Dans les listes originales des AT, qui débutent en 1870 avec la n° 106, on distingue comme « système » les locomotives-tender, les locomotives de gare, mixtes, à marchandises, de manœuvre, à fortes rampes, à voyageurs, fourgons, tramways, monorail, compound, pour trains légers, express, machines Mallet et les voitures à vapeur ou voitures Belpaire. L’écartement des rails ne semble pas un critère pertinent, un même type de locomotives pouvant être proposé avec différents écartements.

André Dagant, dans les notes manuscrites qu’il a laissées et qui sont aujourd’hui conservées par le PFT, avait jadis proposé une classification pour les plus anciennes locomotives Tubize. Il distinguait ainsi, plus ou moins chronologiquement, le « type Sanglier » et le « type Dendre-Waes », la locomotives de l’Exposition de Paris 1855, le « type charbonnage », les locomotives du « type Mc Connell », le « type construction de lignes ferrées», et les locomotives pour certaines Compagnies privées.

Au regard de ce qui a été pratiqué aux AT à partir de 1865, il semble évident, pour établir qu’une série de locomotives appartient bien à un type commun, qu’il faut tenir compte au minimum des critères suivants : répartition des essieux, chaudière (nombre et longueur des tubes) et mécanisme (diamètre des roues et cylindres, course des pistions), usage de la machine, et destination.

En essayant de combiner tous ces critères pour les locomotives antérieures à 1865, nous proposons une classification basée d’abord sur l’usage (Voyageurs, Mixtes, Marchandises, Industrielles), ensuite au sein de ces grandes subdivisions sur la disposition des essieux, éventuellement certaines caractéristiques techniques (chaudière et mécanisme), et finalement la destination.

Cette classification est personnelle et, sans doute, subjective. Elle a toutefois le mérite de permettre une présentation systématique et logique des différentes locomotives produites par les AT avant 1865.

Locomotives à voyageurs

Les locomotives à voyageurs fabriquées par les AT avant 1865 présentaient toutes 3 essieux, dont 1 ou 2 étaient moteurs. Les roues motrices étaient généralement assez grandes, plus grandes en tous cas que celles des locomotives à marchandises. Ces locomotives étaient destinées à rouler rapidement en tractant un train de wagons réduit et peu pondéreux.

Les locomotives type Single Driver (1A1)

La fameuse locomotive présentée en 1855 à l’Exposition de Paris était de ce type. Première locomotive produite par la Société Zaman-Sabatier & Cie, elle a laissé pas mal de trace dans la littérature de l’époque. Elle est suivie, en 1856, d’une autre locomotive de ce type destinée au CF Manage-Wavre. Quelques années plus tard, en 1863/64, les AT, gérés désormais par la Société anonyme de Constructions de Tubize, produisaient une série de 4 locomotives du type Single Driver pour le CF Eecloo-Bruges.

La locomotive type Porter (1B)

La seconde locomotives du CF Manage-Wavre était une machine à un essieu porteur à l’avant et deux essieux moteurs avec tender séparé. C’est la seule machine avec cette répartition des essieux qui ne soit pas une locomotive-tender. Elle est donc considérée à part.

Les locomotives-tender type Porter (1Bt)

Les autres locomotives à voyageurs produites par les AT étaient plutôt des locomotives-tender à un essieu porteur à l’avant et 2 essieux moteurs. Plusieurs séries se dégagent ici, suivant leurs destinataires. Toutes présentent en effet des différences qui empêchent de les considérer comme appartenant strictement au même type. En 1855/56, 4 machines étaient fabriquées pour le CF Lierre-Turnhout (LT), suivies, en 1857, de 4 autres machines pour les CF Hainaut-et-Flandre (HF). En 1862, sortit encore une machine de ce type pour le CF Liégeois-Limbourgeois. Enfin, en 1863/64, une dernière série de 4 machines étaient produites pour le CF Anvers-Rotterdam (AR).

Les locomotives B1

Enfin, il faut noter la présence de locomotives à voyageurs à 2 essieux moteurs à l’avant et un essieu porteur à l’arrière, disposition plus rare.

 

Locomotives à marchandises

Avant que ne soient fabriquées par les AT les Tubize type 1 et 2, peu de locomotives spécifiquement considérées comme à marchandises avaient été produites. Toutes l’avaient été pour le compte de l’État Belge (EB). Il s’agissait de 2 locomotives d’inspiration anglaises, le type Mc Connell et de 2 locomotives qui appartenaient au type 33 EB. Il s’agissait, à chaque fois, de machines à 3 essieux moteurs, au diamètre des roues relativement réduit. Ces locomotives devaient être capables de tracter des trains de wagons lourdement chargés.

 

Locomotives mixtes

Les premières locomotives du CF de Chimay étaient considérées, par la Compagnie elle-même, comme des locomotives mixtes. C’étaient des machines Tubize qui servaient soit de locomotive à voyageurs, soit à marchandises. On peut cependant y distinguer 2 types distincts suivant le nombre d’essieux : les B (o-4-0), qui s’apparentent d’avantage à des machines industrielles et les C (0-6-0) qui sont proches des locomotives à marchandises.

 

Locomotives industrielles

Enfin, un bon nombre de petites locomotives industrielles, pour la plupart à deux essieux moteurs (B), sont sorties des AT durant la période antérieure à 1865. André Dagant les répartissaient en type Sanglier et Dendre-Waes, type Charbonnage, et type Construction de lignes ferrées, répartition que j’adopterai également pour une bonne partie. Les plus anciennes locomotives Tubize étaient de ce type.

Les locomotives pour Construction de lignes ferrées

Les locomotives pour charbonnages

 

  • Les 105 premières locomotives Tubize

 

Les locomotives type Tubize, à partir de 1865

Avec la reprise des AT par la Société anonyme d’Exploitation de Chemins de Fer débute l’ère des types Tubize.  Les locomotives sorties des AT de 1865 à 1951 seront ainsi répartie en près de 200 types différents.

 

 

© Luc DELPORTE – 12/07/2018