Promenade de Herbecq

La ferme et seigneurie foncière de Herbecq

A Saintes, il y avait jadis une très ancienne exploitation agricole qui passait pour être la plus étendue de toutes puisqu’elle dépassait allègrement les 120 ha (territoire de Saintes : env. 1500 ha).

Cette exploitation appartenait sous l’Ancien Régime à l’abbaye de Ninove et constituait une seigneurie foncière.  Son propriétaire jouissait donc de la basse justice ou justice foncière.

C’est peu de temps après sa fondation (fin XIe siècle) que l’abbaye de Ninove entra en possession de terres à Herbecq, dans la partie nord de la paroisse de Saintes.  Il s’agissait de cinq manses qui avaient auparavant appartenu à un autre monastère, l’abbaye d’Haumont.  Cet ensemble foncier était très probablement le résultat d’un très ancien démembrement du vieux domaine de Saintes appartenant à l’abbaye de Lobbes.

L’abbaye de Ninove y installa l’une de ses principales fermes.  Très rapidement, diverses donations de terres, de prés et de bois vinrent arrondir ce petit domaine en formation.  La ferme de Herbecq devint ainsi le centre régional des possessions de l’abbaye de Ninove dans les environs (Petit-Enghien, Bierghes, Bellingen, Bogaerden, Pepingen,…).

Fidèle à son mode d’organisation traditionnel, l’abbaye norbertine de Ninove envoya sur place quelques-uns de ses religieux et des convers pour assurer la mise en valeur de leur ferme.  Une chapelle fut très vraisemblablement aménagée au sein des bâtiments d’exploitation et c’est toute une petite communauté qui s’organisa sur place.

Plus tard, lorsque l’abbaye abandonna le mode d’exploitation en faire valoir direct, les ecclésiastiques quittèrent définitivement les bâtiments qui furent désormais confiés à un fermier.

Les Albums de Croy nous en livrent une magnifique vue.  Cette œuvre, qui date des environs de 1600, nous montre une grosse ferme entourée de quelques baraques en matériaux périssables.

Les habitations, jadis groupées autour de la ferme, ont aujourd’hui disparu.  On peut toutefois encore admirer l’édifice principal dans son état actuel qui remonte en grande partie au XVIIIe siècle, avec quelques transformations du XIXe siècle.

L’observateur averti remarquera immédiatement l’élévation plus importante d’une partie de l’ancien corps de logis, formant une pseudo-tour.  Le même phénomène se remarque également, de manière plus évidente encore, dans la ferme de la Laubecq (dite de sainte Renelde) et dans la ferme de Ramelot (dite de Landas), qui étaient également des fermes seigneuriales.

Il s’agit là du symbole du pouvoir seigneurial, un peu comme pouvait l’être dans d’autres régions le porche colombier, pâle imitation des anciens donjons ou des tours de chevaliers.  Bien souvent d’ailleurs, c’est dans la grande salle, à l’étage de ces bâtiments turriformes, qu’étaient acquittées les redevances seigneuriales et que s’exerçait la justice.

La ferme ou cense d’Herbecq a récemment été rénovée et transformée en salles pour banquets et séminaires d’entreprises.

 Plan de la promenade de Herbecq

Itinéraire :

Sentiers et chemins campagnards …

Départ/retour : Eglise Sainte-Renelde, place Adolphe Dupont

2 heures arrêts non compris – 9,5 km

Parking, cafés, boulangerie, restaurants à proximité

!!! Attention par temps de pluie sentiers boueux !!!

Dos à l’entrée principale de l’église, située sur la place Adolphe Dupont, nous partons vers la droite par la rue Joseph Wauters.  Nous ignorons la rue de l’Ecole et, plus loin, la petite rue Vanderkelen qui débouchent de la gauche et nous arrivons à la chaussée d’Enghien.  Attention, cette voie rapide est dangereuse.  Aussi profitons du passage protégé par les feux tricolores pour traverser la chaussée.

0,3 km / 0,3 km

Nous nous engageons en face dans la rue de la Station.  Sur la gauche, entre les n° 8 et 10, une placette est prolongée par un sentier que nous empruntons.  Nous tournons à droite dans le premier sentier qui se présente et, au bout, nous prenons à gauche jusqu’au passage à niveau.

0,8 km / 1,1 km

Après le passage à niveau, nous prenons sur la gauche la drève de Mussain qui longe l’enceinte du château de Mussain.  Arrivés à un T, nous tournons vers la droite dans la rue du Plantin-Bois (début d’un tronçon commun avec la promenade o).  Nous arrivons à la ferme de Herbecq en face de laquelle nous pouvons admirer une très intéressante chapelle.

1,3 km / 2,4 km

Nous partons vers la gauche, entre la ferme et la chapelle, sur un chemin de terre (la promenade o continue sur la droite).  Dans le champ, nous ignorons un chemin  venant de gauche et, un peu plus loin, de droite.  Nous sommes dans la rue de Trop.  En suivant ce chemin, nous arrivons au hameau de Trop, situé à la frontière linguistique.

1,4 km / 3,8 km

Au carrefour, nous tournons à droite dans la Heikruise steenweg (attention route à grand trafic).  Après quelques dizaines de mètres, nous quittons cette route et prenons, à droite, le sentier n° 28 dit sentier de Errebecq.

1,6 km / 5,4 km

Très vite celui-ci bifurque sur la gauche, passe à travers les champs et longe, à quelques reprises, les prairies situées sur notre gauche.  Ici, le sentier n’a pas été aménagé, car il s’agit de servitudes de passage à travers les champs.  Des piquets aux couleurs rouge et jaune ont été disposés pour indiquer la direction à suivre.  Nous n’hésitons pas à passer à travers les cultures.  Au bout de cette traversée des champs nous passons le ruisseau et prenons à droite puis à gauche dans un bout de chemin qui mène aux habitations du hameau de Herbecq.

0,8 km / 6,2 km

Nous prenons ensuite à gauche la rue Jean Duc.  Peu après la ferme Virendeels nous prenons à droite le sentier n° 19 dit sentier Saint-Roch qui, après avoir rejoint le bois du Stéhou et l’avoir longé, aboutit à la rue du Gros Chêne.  Nous remontons cette rue et arrivons à un carrefour (début d’un tronçon commun avec la promenade o).

1,5 km / 7,7 km

Nous prenons à gauche dans la rue Julien Marsille (secrétaire communal de Saintes durant les deux guerres, résistant qui se retrouva dans le fameux « train fantôme » au moment de la Libération).  Nous laissons à gauche l’avenue du Mussain et à droite un sentier emprunté par la promenade o.  Après un coude à gauche, puis à droite, nous arrivons au passage à niveau.

0,6 km / 8,3 km

Nous franchissons le passage à niveau puis nous bifurquons à droite dans un sentier qui commence par longer la voie ferrée et, après un coude à gauche, rejoint à travers champs la chaussée d’Enghien tout près de la ferme du Humbier (attention, route à grand trafic).

0,6 km / 8,9 km

Ceux qui le désirent peuvent prendre à gauche et longer pendant environ 1 km la chaussée pour atteindre le Moulin d’Hondzocht dit Moulin de Saintes.  Ils devront ensuite revenir sur leurs pas.

Sinon, nous prenons à droite le long de la chaussée.  Nous la traversons pratiquement en face de la ferme du Humbier pour prendre, de l’autre côté, un sentier.

0,1 km / 9,0 km

Le sentier bifurque à droite puis à gauche avant d’arriver dans un lotissement, dans la Drève du Laubecq.

0,3 km / 9,3 km

Nous prenons à droite et rejoignons la rue Sainte-Renelde.  Nous tournons à droite dans cette rue, puis à gauche dans un sentier qui nous ramène à la place Adolphe Dupont, point de départ de notre promenade.

0,4 km / 9,5 km

Commentaires

Place Adolphe Dupont

Nous sommes au centre du village de Saintes.  Ici aussi, la Grand’Place a changé de nom suite à la fusion des communes.  La première église dédiée à Saint-Quentin remonte sans doute au VIIème siècle. Un second oratoire, dédié à Sainte-Renelde, l’aurait remplacée durant la seconde moitié du Ixème siècle. L’église actuelle de style gothique, date en grande partie du milieu du XVIème siècle. Elle fut également précédée d’une église romane (XIIIème siècle ?) dont certains vestiges subsistent dans le choeur actuel.  La tour est classée depuis 1938.

A côté de l’église, sur la place, le magnifique platane planté en 1830 est denommé « arbre de la Liberté » est, lui aussi, classé.

Château de Mussain

Du château, il ne reste que les dépendances agricoles transformées en habitation cossue dont on aperçoit, à travers les arbres, quelques parties.

 

Ferme de Herbercq

La ferme de Herbecq était le centre de la seigneurie foncière du même nom qui appartenait jadis à l’abbaye de Ninove.  Cette exploitation, qui était la ferme la plus étendue de Saintes, existait déjà au XIe siècle.  On y organise aujourd’hui des banquets et des séminaires d’entreprises.

 Moulin de Saintes ou d’Hondzocht

 Ce moulin, construit vers 1775, est un magnifique moulin-tour en briques chaulées, à calotte tournante. Il est intégralement conservé avec ses ailes et sa passerelle de pourtour.  Une restauration complète est prévue dans un avenir proche.  Le projet existe d’y installer un musée de la meunerie.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *