Promenade du Château Poederlé

Plan de la promenade du Château Poederlé

 

Saintes : du grand domaine mérovingien au château Poederlé

Moulin de Saintes

 La promenade que vous allez effectuer permet de faire le tour complet de l’histoire du village de Saintes jusqu’à la révolution française.  Selon la tradition, une aristocrate de l’époque Mérovingienne (VIIe siècle), Renelde, possédait le domaine qui s’appellera plus tard Saintes.  Un lieu-dit et une ferme rappellent encore le nom primitif de la localité : Quenestine.  

Renelde s’était convertie au christianisme et fut martyrisée vers l’an 680.  Peu auparavant, elle avait fait donation de ses biens, dont le domaine de Saintes/Quenestine à l’abbaye de Lobbes qui resta jusqu’à la fin de l’Ancien Régime le plus important propriétaire foncier du village.  La vénération populaire et un pèlerinage thérapeutique très fréquenté dès le Haut Moyen Age élevèrent Renelde au rang de sainte.  Son culte est encore très vivace de nos jours comme en témoignent l’église Sainte-Renelde et son mobilier particulier, de même que le puits miraculeux.  

L’abbaye de Lobbes, propriétaire foncier de Saintes, y établit une grosse exploitation domaniale à l’emplacement de l’actuelle ferme de la Laubecq, également appelée ferme de sainte Renelde.  Cette exploitation était le centre seigneurial ancien de la localité.  C’est là que les paysans venaient payer leurs redevances foncières et, c’est là également que s’exerçait, trois fois par an, la justice du seigneur.  

L’abbé de Lobbes, en raison de son état d’ecclésiastique, ne pouvait exercer lui-même la haute justice (justice criminelle).  Il devait donc se faire remplacer par un laïc : l’avoué.  Une fois la fonction devenue héréditaire, les avoués, qui avaient normalement la mission de protéger les biens de l’abbaye, vont en profiter pour usurper de plus en plus de droits et de terres au détriment de celle-ci.  Ils finiront ainsi, au début du XIIIe siècle, par devenir les véritables seigneurs de Saintes, en lieu et place de l’abbé.  

Les avoués, puis seigneurs de Saintes, étaient primitivement installés sur le site où se trouve actuellement la ferme de Froye.  Toutefois, la seigneurie de Saintes passa, par héritages successifs, dans les mains de familles étrangères au village et qui n’y résidèrent jamais.  Dès le XIVe siècle, la ferme de Froye cessa d’être un centre seigneurial.  

Il fallut attendre le milieu du XVIIe siècle (1652), pour qu’Hélène Robertine van Maele dit de Malinez, dame de Saintes, ne décide de s’installer au village et de s’y construire un nouveau château.  Désormais, ce château devint le centre de la seigneurie de Saintes.  

Par héritage, Saintes échut à la famille d’Olmen de Poederlé.  Ceux-ci firent de Saintes leur résidence préférée.  Le dernier seigneur de Saintes, Eugène d’Olmen de Poederlé, était un botaniste de renommée internationale.  Il aménagera le parc de son château de Saintes en y introduisant de nombreuses essences d’arbres alors inconnus dans notre pays et y procédait aux premiers relevés météorologiques systématiques effectués en Belgique.  C’est probablement en souvenir de ce personnage célèbre que la propriété porte encore actuellement le nom de « château de Poederlé ».  

La promenade que vous allez effectuer tire son nom du château en question.  

  

  

Itinéraire

 Départ/retour : Place A. Dupont (ex Grand’Place) à Saintes  

1 heure 30 minutes (arrêts non compris)  

     Parking, cafés, restaurants à proximité  

     Distance à parcourir : 6 km  

Dos à l’entrée principale de l’église, nous partons vers la gauche pour descendre la rue Joseph Wauters jusqu’à l’avenue Louise où nous arrivons en face du château Poederlé.  

0,1 km/ 0,1 km  

Nous tournons à droite dans cette avenue.  Au carrefour suivant, nous traversons pour suivre, en face, la rue de Rebecq.  

0,2 km / 0,3 km  

Nous arrivons à un autre carrefour où nous laissons à gauche le site comprenant la Fontaine de Sainte-Renelde, la Ferme de la Laubecq et la Ferme-Brasserie de la Fontaine.  

0,6 km / 0,9 km  

Nous continuons la rue de Rebecq qui devient, après le pont, la rue Sainte-Renelde.  Après le n°5, nous tournons à gauche dans la rue Quenestine.  

0,2 km / 1,1 km  

Nous arrivons à la ferme Quenestine.  

0,9 km / 2,0 km  

Après un coude à droite, nous tournons à gauche pour nous rapprocher de l’autoroute A8.  Arrivé à proximité de celle-ci, la rue tourne à gauche afin de suivre cette voie rapide.  Au bas de la rue, nous tournons à droite pour passer sous les ponts de l’autoroute A8 et du TGV.  

0,7 km / 2,7 km  

De suite après les ponts, nous tournons à droite dans la rue Quenestine.  

0,1 km / 2,8 km  

Plus loin, nous tournons à gauche avec la dite rue et nous arrivons à la Ferme de Froye.  

0,5 km / 3,3 km  

Nous continuons cette rue et, après un coude à gauche et être passé au-dessus du « Laubecq », nous arrivons au lieu-dit « Try-Bas ».  

0,7 km / 4,0 km  

Nous tournons à gauche avec la rue du Try.  Nous laissons partir à droite la rue du Try-Haut et nous tournons, peu après, à droite pour suivre un sentier qui nous conduit, après un coude à droite, au lieu-dit « Try-Haut », face à une chapelle.  

0,5 km / 4,5 km  

Revenu dans la rue du Try-Haut, nous tournons à gauche.  Arrivé au rond-point, nous tournons à gauche pour suivre la rue des Frères Verkleeren (résistants qui perdirent la vie au moment de la libération).  

0,5 km / 5,0 km  

Nous passons au-dessus, de la ligne TGV et de l’autoroute A8.  Nous continuons tout droit en laissant à gauche la rue Andrain et, plus loin, aussi à gauche, la Résidentce Trullemans (ancien bourgmestre de Saintes).  Au carrefour, nous tournons à droite dans l’avenue Louise.  

1,1 km / 6,1 km  

A notre droite, nous voyons le château Poederlé.  Nous tournons à gauche dans la rue Joseph Wauters qui nous ramène à la place Adolphe Dupont.  

 

 

 

0,2 km / 6,3 km  

  

 

  

Commentaires

 Place Adolphe Dupont  

L’église actuelle remonte, en grande partie, au milieu du XVIème siècle.  Elle conserve les reliques d’une sainte mérovingienne, Renelde, qui vécut au VIIème siècle.  Cette église est le centre d’un pélerinage encore très important de nos jours.  Son mobilier, essentiellement axé sur le culte de Sainte-Renelde, est particulièrement riche.  Prenez-le temps de visiter ce magnifique édifice, vous ne le regretterez pas!  

Le platane, dit « arbre de la Liberté », est un monument classé.  Il fut planté à l’occasion de l’accession de la Belgique à l’Indépendance en 1830.  

Joseph Wauters  

Monsieur Joseph Wauters était ministre socialiste de l’Industrie de 1918 à 1921 et ministre de la Prévoyance Sociale de 1925 à 1927.  

Fontaine de Sainte-Renelde  

Puits réputé miraculeux.  Selon la légende, il serait dû à l’intervention miraculeuse de Sainte-Renelde.  Depuis le Moyen-Age, les pélerins, s’y rendent afin d’y obtenir, par l’intermédiaire de son eau, la guérison de leurs maux les plus variés et en particulier des maladies des yeux et de la peau.  

Ferme de la Laubecq  

La Ferme de la Laubecq aurait été, selon la tradition légendaire, le lieu de résidence de Sainte-Renelde.  C’était en tout cas le centre domaniale de la seignerie foncière qui appartenant à l’abbaye de Lobbes depuis le Ixème siècle au moins et couvrait pratiquement 6/10ème du territoire saintois.  

Ferme Quenestine  

Ancienne ferme qui porte le nom du lieu-dit où elle est située.  Le nom actuel est le résultat d’une longue évolution d’un toponyme germanique qui servait jadis à dénommer l’ensemble de la localité, avant que celle-ci ne s’appelle Saintes.  On en retrouve déjà une mention (en latin) dans un texte de 868-869 sous la forme de « Nachtirias ».  

Ferme de Froye  

La ferme actuelle (milieu du XiXème siècle) est bâtie à une centaine de mètre de l’emplacement primitif qui remonte certainement au XIVème siècle et probablement déjà bien auparavant.  Un site archéologique remontant au XI-XIIème siècles existe à proximité immédiate de l’édifice actuel.  Cette ferme était le centre du domaine foncier des avoués puis seigneurs de Saintes dont les plus anciennes mentions remontent à la fin du Xième et au XIIème siècle.  

Château Poederlé  

Le château actuel est relativement récent.  Il est situé à l’emplacement de l’ancien château des seigneurs de Saintes bâti pour la première fois au milieu du XVIIème siècle.  Son nom lui vient des derniers seigneurs de Saintes, les Olmen de Poederlé

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *