02/355.55.39 otp@tubize.be

Tubize-tramway – Tubize type 58bis (type 4 SNCV)

Tz 1703 – Tubize type 58bis – SNCV 598 – type 4 – Photographie coll. PFT

Le Tableau des types Tubize indique, pour la type 58, l’année 1896 et la commande n° 2880. Une autre main a ensuite ajouté en noir après le n° de commande cité, les n° 3592, 4043 et 4075. A priori, les machines concernées par ces commandes constituent donc le type 58 de Tubize. La réalité est plus problématique, car les locomotives de la commande n° 2880 sont renseignées comme des types 20 dans la liste de fabrication des Ateliers de Tubize.

Dans cette liste, la commande n° 2880, passée par la SNCV, apparaît quelque peu particulière. Elle fut enregistrée en trois parties, avec trois dates différentes. La liste indique qu’il s’agit de types 20 et qu’elles correspondent au cahier des charges n° 5 [de la SNCV], série de 1895.

A la date de commande du 15/06/1895 figurent les Tz 990-993 (SNCV 195-198), qui devaient être fournies pour le 30/06/1896. A celle du 31/07/1895, figure la Tz 994 (SNCV 743), qui devait déjà être fournie pour le 31/12/1895 et qui avait la particularité d’être à voie de 1,067 mm, alors que les autres étaient toutes à voie métrique. Enfin, à celle du 27/08/1895, figure la Tz 995 (SNCV 199), qui devait être livrée pour le 31/01/1896.

Ces 6 locomotives avaient la particularité d’être timbrées à 10 atm. Cela correspond à ce qui était indiqué dans le Tableau des types Tubize pour le type 20 modèle Saint-Léonard 15T et, ce qui est normal puisque c’est la même chose, aux SNCV type 3. Cela correspond aussi à ce qui est indiqué dans ce même Tableau pour le type 58.

La commande n° 3592 concerne une locomotive du type 58 commandée le 07/08/1900 et destinée au Grand Duché du Luxembourg. Elle était semblable à celles de la commande n° 3346 (une type 58bis), également pour le GD Luxembourg, mais avec quelques modifications.

La commande n° 4043 concerne des locomotives de 16,5 tonnes pour la SNCV, qualifiées de types 58bis. La liste de fabrication des AT précise aussi qu’il s’agit ici du type 4 de la SNCV.

Et la commande n° 4075 concerne des locomotives pour Alicante (Espagne), également indiquées comme étant du type 58bis. Il est précisé qu’il s’agit de locomotives-tramways de 16,5 tonnes [du type] des Vicinaux belges.

Les locomotives des commandes 3592, 4043 et 4075 étaient toutes timbrées à 12 atm, contrairement à celles de la commande 2880.

Bien d’autres commandes de type 58bis sont encore inscrites dans la liste de fabrication des AT. Toutes celles qui ont été fabriquées pour la SNCV étaient des types 4 de cette Compagnie.

Il est donc clair que les SNCV type 4 équivalaient toutes au type 58bis de Tubize. La question se pose donc de savoir ce qu’il faut faire des 6 locomotives du type 3 SNCV de la commande n° 2880 : des type 20, modèle Saint-Léonard 15T comme toutes les autres SNCV type 3 – comme l’indique d’ailleurs la liste de fabrication des AT –, ou des types 58, comme l’indique pourtant clairement le Tableau des types Tubize ?

Difficile de trancher définitivement, mais l’hypothèse suivante pourraient être avancée. Les types 3 SNCV postérieures à 1895 (c’est-à-dire pour Tubize celles de la commande n° 2880) avait été légèrement modifiées par rapport aux précédentes. [P. ROOVERS, p. 70]. Ce n’était peut-être pas encore suffisant pour la SNCV pour en faire un type particulier. En revanche, il est possible que les Ateliers de Tubize en ait fait leur type 58. Comme les autres SNCV type 3 elles étaient timbrées à 10 atm, alors que les SNCV type 4 l’étaient à 12 atm. C’est peut-être la raison pour laquelle elles sont étiquetées type 58bis. Et de fait, toutes les autres types 58bis seront timbrées à 12 atm. Quoi qu’il en soit, pour ne pas les reprendre deux fois, les Tz 990-995 ont été reprises avec les autres Tubize types 20 du type 3 de la SNCV !

Il est clair que la Tubize type 58bis était une évolution de la Tubize type 20. Bien que plus puissante et de dimensions supérieures, visuellement, elle en était fort proche avec ses 3 rangées de volets et ses 4 colonnes intérieures de soutien de la toiture. Par contre, d’origine, la Tubize type 58bis était équipée de paravents. Peut-être est-là l’élément déterminant qui en fit un type nouveau et non un modèle supplémentaire du type 20.

Les locomotives de la SNCV

La plupart des Tubize type 58bis étaient des locomotives de la SNCV (type 4). D’après P. Roovers [p. 69 et 71], il y avait peu de différences entre les types 3 et 4 de la SNCV. Ces dernières, plus puissantes, apportaient des améliorations aux faiblesses de ses devancières, mais, dans les grandes lignes, étaient fort semblables.

Avec la type 4, le timbre de la chaudière passait de 10 à 12 atm, ce qui n’était possible que moyennant le renforcement des tôles de la chaudière et du foyer. De ce fait son poids était plus élevé. L’entraînement des roues se faisait sur l’axe médian. Un frein à contre-vapeur était ajouté et les paravents faisaient partie de l’équipement d’origine. La hauteur totale de la locomotive était augmentée pour s’harmoniser avec le gabarit du matériel remorqué. Enfin, la force de freinage représentait environ 60 % du poids de la machine sur rail.

Quelques essais furent réalisés par la SNCV, notamment sur la n° 262 (Tz 1164). On lui installa un pré-réchauffeur d’eau d’alimentation ACFI.

La SNCV 360 (Tz 1403) est devenue célèbre pour avoir fuit le territoire occupé durant la Grande Guerre. En 1916, profitant d’un moment d’inattention des gardiens, le machiniste de la locomotive qui conduisait un train de marchandises en provenance de Moerbeke, en territoire occupé par les Allemands, fonça au travers des barricades de Rode Sluis – Frontière et parvint à s’enfuir en Hollande libre. Cette locomotive resta ensuite au service de la ZVTM jusqu’en 1919.

Les locomotives de la Zuid Nederlandsche Stoomtramweg Maatschappij

La ZNSM exploitait déjà des Tubize type 20 modèle Anvers-Bréda.

Le 27/08/1898, la Compagnie néerlandaise commanda deux nouvelles machines, plus puissantes que les précédentes. Elles avaient, d’après W.J.M. Leideritz, une force de traction de 410 kg supérieure aux précédentes. La liste de fabrication des AT précise qu’elle étaient conformes au cahier des charges n° 3 de 1897 de Vicinaux belges et donc semblables aux locomotives SNCV de 16,5 tonnes, mais avec une largeur maximale de 2,20 m et un écartement des roues pour voies de 1067 mm.

Le 12/08/1906, la ZNSM commanda trois nouvelles locomotives du même type. La liste de fabrication des AT précise, ici encore, qu’elles étaient du type 16,5 tonnes des Vicinaux belges mais à largeur réduite.

Enfin, le 25/01/1909, une dernière machine était commandée. La liste des fabrication des AT précise qu’elles étaient similaires à celles de la précédente commande, mais avec sablière Gresham à vapeur.

Les locomotives pour le Grand Duché du Luxembourg

C’est le Département des Travaux Publics du Grand Duché du Luxembourg qui commanda, le 27/10/1898, les deux premières machines Tubize type 58bis pour la ligne d’Aspelt à Bettembourg. La liste de fabrication des AT précise qu’elles étaient identiques aux Vicinaux belges de 16,5 tonnes. Elles étaient d’ailleurs conformes au cahier des charges n° 3 de 1897 de la SNCV, mais avec frein à vide Hardy. La liste précise enfin qu’elles pesaient 16850 kg à vide.

Une troisième locomotive fut encore commandée le 07/08/1900. La liste de fabrication des AT précise qu’elle était identique aux deux précédente, mais avec application supplémentaire d’une prise de vapeur de pulsomètre.

Ces locomotives roulèrent d’abord pour le CV (Chemin de fer vicinal), sur la ligne Aspelt-Bettembourg, où elles constituaient la série A n° 1-3. Suite à une fusion de réseau, elles passèrent, en 1934, au CVE (Chemins de fer à Voie Etroite) où elles devinrent la série C 1-3. Pendant la guerre, elles servirent pour le DR (Deutsche Reichsbahn) et furent immatriculées 99 233-99 235. Enfin, elles finirent leur carrière aux CFL (Chemins de fer Luxembourgeois), où elles portèrent les n° 301-303.

La CFL 301 fut fortement modifiée en 1946. Son carénage lui fut entièrement enlevé de sorte qu’elle ne ressemblait plus du tout à une locomotive tramway.

Les trois locomotives Tubize type 58bis du CFL furent radiée le 13/08/1952.

Les locomotives pour la Compagnie Générale de Tramways et de Chemins de fer Vicinaux en Espagne (Alicante)

Le T de la ville d’Alicante est fondé par une société aux capitaux belges, la Compagnie générale de Tramways et de Chemins de fer Vicinaux en Espagne. Rien d’étonnant dès lors que ce soient des locomotives belges qui l’équipèrent.

Le 30/03/1904, 4 machines du type 58bis étaient commandées. La liste de fabrication des AT précise qu’elles étaient du type 16,5 tonnes des Vicinaux belges. Elles correspondaient au cahier des charges n° 27 de 1900 de la SNCV, mais avec quelques modifications. Ainsi, par exemple, elles étaient équipées du frein à vide direct Soulerin. Une autre particularité encore mentionnée par la liste est le fait que sur ces 4 machines les plaques tubulaires avaient été forées contrairement au plan, c’est-à-dire que les trous de droite se trouvaient à gauche et réciproquement.

La locomotive pour les Chemins de fer Départementaux de l’Aisne (Banlieue de Laon)

Le 08/04/1909, les Chemins de fer départementaux de l’Aisne commandèrent une locomotive Tubize type 58bis. La liste de fabrication des AT signale simplement qu’il s’agit du type 16,5 tonnes des Vicinaux belges, mais que la largeur était réduite à 2,3… [lacune] mètres. Elle précise aussi que les tubes étaient en acier.

C. Wagner indique que la BL 151 de 1907, construite par Boussu (n° 190) était du type 4 de la SNCV (16,5 tonnes à vide), et que la BL 152 (Tz 1631) était très proche des machines Sarthe (Tubize type 20). Elle était toutefois plus haute et munie, d’origine, d’écran de protection du personnel sur les faces extrêmes.

Caractéristiques techniques

Compagnies

  • Société Nationale des Chemins de fer Vicinaux belges (SNCV) – Belgique
  • Zuid Nederlandsche Stoomtramweg Maatschappij (ZNSM) – Pays-Bas
  • Chemin de fer Vicinal Aspelt-Bettembourg – Luxembourg
  • > Chemins de fer à voie étroite (CVE) – Luxembourg
  • > Deutsche Reichsbahn (DR) – Allemagne
  • > Chemins de fer Luxembourgeois (CFL) – Luxembourg
  • Cie Générale de Tramways et de Chemins de fer Vicinaux en Espagne – Espagne
  • Chemins de fer Départementaux de l’Aisne (Banlieue de Laon) – France

Bibliographie et sources

  • Listes originales de fabrication des Ateliers de Tubize – Archives d’André Dagant (conservées par le PFT)
  • Tableau original des types Tubize – Archives d’André Dagant (conservées par le PFT)
  • Musée ‘de la Porte’ à Tubize – Photothèque et Collection des Ateliers de Tubize
  • C. WAGNER, Les locomotives-tramways à voie métrique de la Société Métallurgique de Tubize et de sa filiale de Blanc Misseron, dans CFRU, 272, 1999, p. 9.
  • C. WAGNER, Les locomotives-tramways de la Société Métallurgique de Tubize et de sa filiale de Blanc Misseron, dans CFRU, 276, 1999, p. 21.
  • W.J.M. LEIDERITZ, De tramwegen van Noord-Brabant : een historiche terugblik op ruim een halve tram- en autobusexploitatie in de provincie Noord-Brabant, 1978. (ZNSM, pp. 90-108)
  • W.J.M. LEIDERITZ, De Zuid-Nederlandsche Stoomtramweg-Maatschappij. Een historische terublik op bijna 100jaar regionaal openbaar vervoer (1889-1985), dans Jaarboek De Oranjeboom, 44, 1991, p. 59-88.

(c) Luc DELPORTE – 31/07/2019

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *