02/355.55.39 otp@tubize.be

Les locomotives-tender type Porter du Chemin de Fer Hainaut-et-Flandre, 1857

  • PORTER : 1Bt (2-4-0t) [1 essieux porteur et 2 essieux moteurs + tender]
  • Méchanisme : 1500 x 310 x 500 mm
  • Nombre d’exemplaires : 4
  • N° de fabrication supposés : Tz 16-19.  [Impossible pour le Tz 19, probablement Tz 23]
  • Dates : 1857
  • Pays : Belgique

Locomotives

Cette locomotive à voyageurs passe pour avoir été le prototype d’une autre locomotive à voyageurs, la Tubize type 4 (type 15 EB).

Suivant une notice sur le Chemin de Fer Hainaut-et-Flandre, en 1865, la compagnie se servait de 11 locomotives à voyageurs et de 5 à marchandises.  Les locomotives à voyageur étaient à cylindre extérieur, pesaient à vide 22 tonnes, étaient munies de routes de 1m98 de diamètre et disposaient de deux couples de roues motrices.  Les locomotives marchandises avaient des cylindres intérieurs, pesaient à vide 26 tonnes, étaient munies de roues plus petites (diam : 1m68) et disposaient de trois couples de routes motrices.  Toutes étaient à 6 roues.

D’après la documentation d’André Dagant et de Maurice Hennequin [Archives PFT] la répartition exacte serait plutôt 9 locomotives à voyageurs (1B), toutes construites par Couillet en 1861, qui devinrent les SGE 36 à 44; 5 locomotives à marchandise (C), toutes construites par Saint-Léonard également en 1861, qui devinrent les SGE 109 à 113; et enfin 3 locomotives-tender (1Bt), construites par Tubize, qui devinrent les SGE 82 à 84. Cette note, rédigée par André Dagant, donne aux Tubize les caractéristiques suivantes : diamètre des cylindres de 310 mm, course des pistons de 500 mm, cylindres extérieurs horizontaux et roues motrices de 1500 mm de diamètre.

Ailleurs, André Dagant, qui avait consulté les PV d’épreuve des chaudières, compte 4 locomotives Tubize et leur attribue les n° constructeur 16 à 19 et l’année 1857.  Elle furent éprouvées respectivement les 30/03/1857, 24/04/1857, 20/06/1857 et 05/08/1857.

Ces PV sont conservés dans les Archives de la Province de Brabant.  Ils permettent de dire que les 4 locomotives étaient identiques en tous points.  Leurs chaudières mesuraient 2,80 m de long et 1,06 m de diamètre.  Le corps de la chaudière était fait de tôles de fer d’une épaisseur de 10,6 mm, le foyer en cuivre rouge de 15 mm.  Elle comprenait 147 tubes de 2880 mm de long, d’un diamètre extérieur de 45 mm, en cuivre jaune d’une épaisseur de 2,5 mm.  La capacité des chaudières était de 2,40 m³.  Elles étaient timbrées à 5 atm. (5,165 kg/cm²). Elles avaient été fabriquées chez Cail-Halot & Cie, à Molenbeek-Saint-Jean.

L’exposé sur la situation administrative de la Province du Brabant de 1858 (p. 524) rappelle les épreuves chaudières réalisées « dans les ateliers des sieurs Morel & Cie à Tubize ».  On y retrouve 3 chaudières pour locomotives destinées au CF d’Audenarde à Gand et 1 chaudière pour locomotive destinée au CF de Hainaut et Flandre.  Les trois premières avaient donc probablement été commandées avant la dissolution de la Cie d’Audenarde à Gand. La dernière était destinée dès l’origine au CF Hainaut-et-Flandre.

Trois d’entre elles sont passées à la Société Générale d’Exploitation (SGE) en 1867, où elles furent immatriculées 82 à 84. Sans doute avaient-elles d’abord transité par la SE au début de l’année 1866. Le sort de la quatrième reste un mystère.

A la reprise de 1871, la SGE est restée en possession de 55 locomotives pour desservir les lignes du groupe des Flandres.  Parmi celles-ci les SGE n° 82 à 84 provenant du HF, qui étaient des Tubize.

La dissolution du Syndicat d’exploitation, le 31 mai 1878, amena l’Etat à reprendre les 28 locomotives des compagnies qui lui confiaient la gestion de leur réseau.  Immédiatement, 20 machines étaient mises à la ferraille, notamment la SGE n° 82 (Tz 16).

La n° 83 (Tz 17), une 1Bt à voyageurs, construite à Tubize pour le Hainaut-Flandre, devint la 1193 de l’EB et fut radiée en 1895.  A roues motrices de 1500 mm et cylindres extérieurs horizontaux de 310 x 500 mm, elle avait une surface de chauffe totale de 61,27 m² et pesait 26,60 tonnes en charge.  [Phil DAMBLY, Vapeurs en Belgique, t. 1, p. 121]

Le 17/07/1878, la chaudière de la SGE 83 avait été éprouvée dans les Ateliers de la Sté Métallurgique et Charbonnière belge à Tubize.  Le PV dit qu’elle appartenait au Syndicat pour l’exploitation des CF dans les Flandre.  La chaudière mesurait 2,80 m et 1,06 m de diamètre.  Sa boite à feu avait une longueur intérieure de 0,88 m et extérieure de 1,06 m, une largeur intérieure de 0,97 m et extérieure de 1,04 m, enfin une hauteur intérieure de 1,37m et extérieure de 1,86 m.  Les parois étaient en tôle de fer de 10,7, 14 et 12 mm d’épaisseur. Elle comportait 154 tubes en laiton de 2880 mm, de diamètre extérieur de 45 mm. La capacité de la chaudière était de 2,90 m³.  Elle était timbrée à 8.564 kg/cm².  La chaudière avait été fabriquée par la Sté Métallurgique et Charbonnière Belge et les tôles provenaient de l’usine de Josse Goffin à Clabecq.  Il devait s’agir d’une nouvelle chaudière, à peu près identique à la chaudière d’origine.

La SGE 84 (Tz 18) fut reprise par le CF Gand-Terneuzen, où elle garda d’abord le même numéro, puis devint la GT 1 en 1889.  Elle a finalement été rachetée, en 1901, par les Carrières de l’Ermitage à Lessines où elle termina vraisemblablement sa carrière.

Sa chaudière fut renouvelée en 1897 par le GT, comme l’atteste le PV d’épreuve du 13/12/1897 (épreuve le 14/08/1897).  Le plan de cette chaudière, fabriquée par Monard Désiré à Marcinelle (n° 32 ?), est conservé.  Ce PV indique bien qu’il s’agit de la locomotive n° 1 d’ordre et 18 de fabrication.  Le Gouverneur de Flandre Orientale délivra l’autorisation de mise en usage de cette nouvelle chaudière par arrêté du … [la date manque]

Elle fut à nouveau éprouvée le 13/01/1902 à la Carrière de l’Ermitage à Bois-de-Lessines.  Ce dernier PV indique qu’elle avait déjà précédemment été éprouvée le 21/07/1898 dans les ateliers du GT à Zelzate (PV daté du 25/11/1898) et, dernière épreuve officielle en date, le 08/06/1901.

La quatrième locomotive à voyageur était destinée, non plus au CF de d’Audenaarde à Gand, mais bien au CF de Hainaut et Flandre.  Elle était identique aux trois précédentes.

Son n° de fabrication pose problème.  Pour certains auteurs, e.a. André Dagant, il s’agit de la Tz 19, mais cela semble impossible.  Ce n° est explicitement attribué par un document d’époque à une locomotive pour le CF de Chimay, locomotive à laquelle Dagant, par exemple, donne le n° Tz 23.  Peut-être faut-il tout simplement intervertir les deux, la Chimay est bien la Tz 19 et la HF serait la Tz 23.

Ce qu’elle est devenue ensuite, et son n° d’exploitation HF et/ou SGE nous échappe totalement.

Documents originaux sur la Tz 18 – GT 1

Source : PV d’épreuve chaudière de 1897 et 1902 – Archives du PFT

Compagnies concernées

Bibliographie et Sources :

  • Archives du PFT – Notes et registre d’André Dagant; notes de Maurice Hennequin; copies de PV d’épreuves chaudières.
  • Archives de l’Etat à Bruxelles (Forest), Province du Brabant, Gouvernement provincial, Série B, n° 1921.

© Luc DELPORTE – 05/10/2019

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *