02/355.55.39 otp@tubize.be

Locomotive dite « Tubize à voyageurs » – Tubize type 7 (type EB 14)

Tubize type 7 / 1870 – Etat Belge n° 446-450 (type 14) – Dessin Jacquet, transmis par J.-P. Teugels.

  • PORTER : 1B (2-4-0) [1 essieu porteur à l’avant et 2 essieux moteurs / tender séparé]
  • Nombre d’exemplaires : 44
  • N° de fabrication : 106-109, 134-139, 157-158, 172-173, 177, 195-196, 252-265, 281-284, 313-317, 409-412.
  • Type 14 de l’Etat Belge

La type 7 de Tubize constitue une évolution de son aînée, la type 4, qu’elle remplace comme locomotive à voyageurs.

La liste originale des Ateliers de Tubize permet d’identifier 44 locomotives du type 7 que l’on peut répartir en 4 groupes :

  1. 12 machines pour la SGE et la FO, auxquelles il faut ajouter un cas particulier, la locomotive exposée à Vienne en 1873 (Tz 177).
  2. 23 machines pour des filiales françaises des Bassins Houillers : CF Orléans-Rouen et CF Lille-Valenciennes.
  3. 4 machines destinées au départ pour le CF Lérouville-Sedan, qui furent modifiées pour la Roumanie, et qui aboutirent ensuite au GCB.
  4. En 1880, 4 machines prévues pour le CF de Virton qui, en raison de la reprise de ce CF, aboutirent directement à l’État Belge.

On y ajoutera deux locomotives du type 7² pour l’Espagne.

Caractéristiques techniques

D’après Phil Dambly, leurs caractéristiques techniques étaient les suivantes : roues de 1,80 m, cylindres extérieurs horizontaux de 420 x 600 mm, mécanisme Waelschaerts, 109,55 m² de surface de chauffe totale, 2,30 m² de surface de grille, et, suivant les articles, 34,65 ou 35,90 tonnes en ordre de marche. Ces locomotives, très appréciées, étaient accompagnées de tenders à 2 essieux, du type de la SGE ou du type classique de l’EB.

André Dagant, de son côté, signale également que ces locomotives constituaient une évolution des type 4, mais avec les cylindres reportés vers l’avant, un mécanisme de Waelschaerts et un moteur de mêmes caractéristiques, l’essieu moteur étant le premier au lieu du deuxième. La chaudière était aussi plus puissante et présentait l’avantage d’être interchangeable avec celle du type 2, tout en étant différente.

Caractéristiques techniques des locomotives type 7

Les locomotives pour la SGE et la FO

Que ce soit Phil Dambly ou André Dagant, ces auteurs considèrent généralement que les premières Tubize type 7 étaient 5 machines de 1869/1870, livrées à la SGE (n° d’exploitation 71-75). Lorsqu’elles passèrent à l’État Belge, en 1871, elles reçurent les n° 446-450 et constituèrent le type 14 de l’EB.

Ensuite, 7 autres locomotives du type 7, livrées à partir de 1872, ont été en service sur le réseau des Flandres puis, à partir de 1877, à la FO.

Au total donc, 12 machines. Toutefois, au vu de la liste de fabrication originale de Tubize, leur répartition en 2 groupes (5 et 7 unités) pose problème.

La première série, les Tz 106-109 (4 locos), n’a pas de destinataire dans la liste originale des Ateliers de Tubize. Mais on se doute bien qu’elles étaient destinées au propriétaire des Ateliers : la SGE. Cette série, la plus ancienne, la seule sans doute aussi antérieure à la reprise de 1871 par l’EB, ne comporte que 4 machines !

La série suivante, les Tz 134-139 (6 locos), n’ont pas non plus de destinataire dans la liste originale de Tubize, mais une note indique que les Tz 138-139 étaient destinées au CF Orléans-Rouen. Les 4 autres (Tz 134-137) doivent être restées à la SGE.

A ces 8 machines s’en ajoutent encore 2 séries. Tout d’abord, les Tz 195-196 (2 locos) indiquées pour la FO dans la liste originale Tubize.

Ensuite une série de 5 machines de 1874, les Tz 313-317, destinées également à la FO mais dont il est précisé, en observations dans la liste originale de Tubize, que les n° 315-317 étaient au CF Lille-Valenciennes. Il restait donc à la FO les Tz 313-314 (2 locos).

On retrouve donc bien nos 12 locomotives de la SGE – FO.

En revanche, il est malaisé de les répartir en 2 groupes qui correspondraient, pour le premier, aux 5 machines initiales de 1869/1870 (SGE 71-75 = EB 446-450) et pour les suivantes aux 7 machines exploitées par la FO à partir de 1872 jusqu’en 1906 [n° FO 30-32, 34 (1872), 37 II, 39 (1874), 41 (1875)].

Les Tz 134-137 passent généralement pour correspondre aux FO 30-32, 34 (4 locos), que l’on date de 1872. Les Tz 313-314 seraient les FO 37 II et 41 (2 locos). Les Tz 195-196 sont données pour la FO dans la liste originale de Tubize (2 locos). La Tz 196 est généralement identifiée comme la FO 39, mais on ignore le sort de la Tz 195 ! Quoi qu’il en soit, nous avons là 8 locomotives FO, ou présumées, au lieu de 7.

Les Tz 106-109 (4 locos), c’est-à-dire la série la plus ancienne, sont considérées comme faisant partie de celles qui furent récupérées par l’EB en 1871. Or, on affirme habituellement qu’il y en avait 5, les SGE 71-75, devenues les EB 446-450. Il en manque donc une dans cette série ! On pourrait évidemment penser qu’il s’agit de la 195, puisque son sort est inconnu et qu’il y en a là une de trop. Mais cette machine est postérieure à 1871, date de la reprise des 5 machines par l’EB. Le mystère reste donc entier.

Les n° 446-450, type 14 de l’EB

Locomotive « Tubize à voyageurs » (type 7) – EB 446-450 (type 14).

L’État Belge disposait donc apparemment de 5 locomotives type 7 de Tubize reprises à la SGE en 1871. On a vu qu’il y avait des difficultés pour attribuer à chacune un n° de fabrication. Les Tz 106-109 (commande n° 1229) font indéniablement partie des SGE 71-75 (type 7 de Tubize) devenues par la suite les EB 446-450. Mais il en manque une !

D’après Phil Dambly, ces « Tubize à voyageurs » ont été fabriquées en 1869-1870. Elles auraient même été livrées à la SGE entre janvier et mars 1871.

A l’EB, elles assurèrent la remorque des express entre Bruxelles-Quartier Léopold et Namur jusqu’en 1875 et quittèrent la capitale pour le dépôt de Mons en 1880.

La n° 450 avait reçut une nouvelle chaudière avec cheminée carrée. Elle fut démolie vers 1896. Les autres restèrent en service jusqu’en 1905-1906

Tiré de P. DAMBLY, Vapeur en Belgique, p. 118.

Les locomotives du réseau des Flandres et de la FO

Le réseau des Flandres, actif depuis le 01/01/1871, utilisa 7 locomotives Tubize type 7. En 1877, elles furent reprises par la Société de la FO, qui décida de poursuivre seule l’exploitation de ses lignes de chemin de fer.

Ces locomotives portaient les n° d’exploitation de la FO, 30-32, 34, 37’ et 37’’, 39, 41 qui correspondent respectivement aux Tz 134-137, 177 puis 313, 196 et 314. Il y eut donc deux n° 37, la première (la Tz 177) passant rapidement au CF LV et étant remplacée par une seconde machine du même type (la Tz 313).

Tz 134 / 1871 – Tubize type 7 – CF de la FO 30 II – Photographie, Coll. PFT.

Tz 137 / 1871 – Tubize type 7 – CF de la FO 34 II – Photographies, Coll. PFT.

Tz 313 / 1876 – Tubize type 7 – CF de la FO 37 III – Photographies, Coll. PFT et Dessins d’Albert Jacquet.

La Tz 177 pour l’Exposition de Vienne

La locomotive Tz 177 avait été envoyée en 1873 à Vienne pour l’Exposition universelle. Cette machine passa à la FO le 15/01/1874, après la clôture de l’exposition. Elle y prit le n° d’exploitation 37. De type 7, elle offrait la particularité d’être équipée d’une chaudière du type 2. Elle ne resta apparemment pas longtemps à la FO. Le 18/12/1875, les Bassin Houillers (qui exploitaient la FO à cette époque) mettent en service une nouvelle type 7 n° 37 d’exploitation. Il s’agit cette fois de la Tz 313. La Tz 177 était passée entre temps au CF Lille-Valenciennes. Le réseau du Nord français ayant repris par la suite l’actif du LV, il entra en possession d’une quinzaine de locomotives Tubize type 7, dont la Tz 177.

Tz 177 / 1873 – Tubize type 7 pour l’Exposition de Vienne – Dessin d’Albert Jacquet, transmis par J.-P. Teugels.

Tz 177 / 1873- Tubize type 7 – FO 37II – Exposition de Vienne – Photographie d’usine (© Coll. Musée ‘de la Porte’ à Tubize).

Tz 177 / 1873 – Tubize type 7 – Scan d’un bleu, transmis par Benny Croonen.

Tz 177 – Tubize type 7 – Dessin d’Albert Jacquet

Les locomotives prévues pour le CF Orléans-Rouen et Lille-Valenciennes

La liste originale de fabrication des Ateliers de Tubize attribuent au CF Orléans-Rouen une série importante de locomotives du type 7.  Il y a d’abord les Tz 138-139 (2 locos), prises dans une série de 6 machines initialement destinées à la SGE. Viennent ensuite les Tz 157-158 (2 locos) et 172-173 (2 locos). Enfin, une série plus importante leur était aussi destinée, les Tz 252-265 (14 locos). Elles avaient la particularité d’avoir des roues porteuses de 1200 mm.  Il n’est pourtant pas sûr que les machines de cette dernière série aboutirent au OR.  Selon les sources, on les retrouve soit au CF Lille-Valenciennes (Liste J-P. Teugels), soit au CF Lérouville-Sedan (Liste S. Jarne) !

Autre compagnie du groupe Philippart, le CF Lille-Valenciennes, avait initialement commandé des Tubize type 7. Elles étaient au nombre de 3, prises dans la commande de 5 machines prévues pour la FO. C’étaient les Tz 315-317.  En réalité, ces trois machines semblent plutôt avoir été des Lérouville-Sedan, les LS 20-22, comme le démontre la photo qui suit !

La commande 606, du 22/09/1873, prévoyait aussi 4 locomotives de ce type pour le CF Lérouville-Sedan. Elles furent annulées.

Tz 316 – Tubize type 7 – LS 21 > Cie de l’Est LS 21.  Carte postale, Photothèque du Musée ‘de la Porte’ à Tubize.

Tz 256 – Tubize type 7 – CF Lille-Valenciennes ou Lérouville-Sedan 10 [?] > Nord 2.806 – Carte postale, Photothèque du Musée ‘de la Porte’ à Tubize.

Infos trouvées sur les SL 20-22 sur un forum

La Compagnie du Chemin de Fer de Lérouville à Sedan (LS) avait mis en service trois locomotives du type 120 [= 2-4-0 ou 1B] destinées à la remorque des trains de voyageurs . Construites en 1875 par les Ateliers de Tubize (Belgique), elles étaient numérotées LS 20 à 22. Leurs tenders à deux essieux emportaient 4 tonnes de charbon et 7 mètres cubes d’eau. En 1883, elles devinrent la propriété de la Cie de l’Est. Dans leur état d’origine, elles avaient une boîte à feu Belpaire et une chaudière réalisée dans un acier de nature cassante, ce qui provoqua de graves incidents. La Cie de l’Est transforma ces trois locomotives aux ateliers d’Epernay en 1881. Elles furent munies d’une chaudière neuve timbrée à 9 kg, d’une boîte à feu Crampton, d’un régulateur Crampton et de soupapes Adams.

Voir la source. [Consulté le 20/05/2019]

Les locomotives du Grand Central Belge

Le 22/09/1873, la commande 606, enregistrait la fabrication de 4 machines type 7 pour le CF Lérouville-Sedan. Elle furent apparemment annulées. Ces machines ont alors été transformées pour la Roumanie. C’étaient les Tz 281-284.

Elles semblent avoir roulé pour le CF de Roumanie jusqu’en 1884, date à laquelle elles furent reprises par le Grand Central Belge. Elles y reçurent les n° d’exploitation 38-41. L’État Belge reprit l’exploitation du CF du GCB au 01/01/1897. Les 4 Tubize intégrèrent dès lors le parc de l’EB où elles conservèrent cette numérotation.

Les locomotives prévues pour le CF de Virton

Locomotive « Tubize à voyageurs » (type 7) prévues pour le CF de Virton – EB 1264 -1267 (type 14).

En 1880, une série de 4 locomotives Tubize type 7 était destinée au CF de Virton. La Cie de Virton ayant été reprise cette même année, ces machines furent finalement livrées à l’État Belge. Livrées en septembre et octobre 1880, elles reçurent les n° d’exploitation 1264-1267. Par rapport aux autres type 7 des années 1872-1875, elles présentaient quelques différences, notamment la chaudière, du modèle en usage à l’EB, avec sa disposition du dôme et de la sablière, ainsi que le dessin de l’abri baquet, la cheminée, les couvre-roues et le tablier.

La 1264 et la 1267 ont ensuite été vendue au Gand-Terneuzen en 1913 où elles portèrent les n° d’exploitation 14 et 13. Elles seront démolies entre 1920 et 1925.

La 1266 sera réformée en 1907, tandis que la 1265 disparaîtra pendant la guerre 14-18.

Tiré de P. DAMBLY, Vapeur en Belgique, p. 118.

Les locomotives pour l’Espagne

Enfin, en 1881, 2 locomotives furent commandées pour l’Espagne (Salamanca).  C’étaient des Tubize type 7², sans que l’on sache en quoi elles différaient du type 7 classique.  La principale différence résidait sans doute dans l’écartement des roues, qui était ici de 1672 mm.  Elles semblent avoir roulé pour le CF Salamanca-Frontera du Portugal, où elles portaient les n° d’exploitation 1 et 2.  Elles passèrent en 1928 au CF Oeste où elles furent renumérotées 61 et 62.

Documents

Compagnies concernées :

  • Société Générale d’Exploitation de Chemins de Fer (SGE) – Belgique
  • CF de la Flandre Occidentale (FO) – Belgique
  • CF Orléans-Rouen (OR) – France
  • CF Lérouville-Sedan (LS) – Frande
  • > CF du Nord Français – France
  • CF de l’Etat Belge (EB) – Belgique
  • > CF Gand-Terneuzen (GT) – Belgique
  • CF Salamanca-Frontera Portugal – Espagne
  • > CF Oeste – Espagne

Bibliographie & Sources :

  • Phil DAMBLY, Le Rail, n° 123, novembre 1966.
  • Phil DAMBLY, Vapeur en Belgique, t. 1, pp. 116-118.
  • A. DAGANT, 125 ans de construction de locomotives à vapeur en Belgique.
  • A. DAGANT, Les locomotives en service sur le réseau de la Flandre Occidentale (1845-1906), dans Mémoires de la Société d’Histoire de Comines-Warneton et de la Région, t. 10, fasc. 2, 1980, pp. 327-328.
  • Listes originales de fabrication des Ateliers de Tubize, liste 1 – Archives André Dagant (conservées par le PFT).
  • Tableau original des types Tubize – Archives André Dagant (conservées par le PFT).
  • Dessins d’Albert Jacquet.
  • Musée ‘de la Porte’ à Tubize – Photothèque et Coll. Ateliers de Tubize.

© Luc DELPORTE – dernières modifications 16/07/2019.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *