02/355.55.39 otp@tubize.be

Locomotive dite « Tubize à marchandises » – Tubize type 2 (type 34 EB)

Type 34 EB, n° 480-499 – Tz 84-98, 100, 102-105 – Tubize type 2 – Dessin d’Albert Jacquet, transmis par J-P Teugels.

  • SIX COUPLED : C (0-6-0) [3 essieux moteurs / tender séparé]
  • Voie : normale
  • Machine : 1300 x 460 x 650 mm
  • N° de fabrication supposés : Tz 84-89, 100, 102-105, 197-204, 225-251, 277-280, 303-312
  • Nombre d’exemplaires : 70
  • Dates : 1869-1876
  • Type 34 de l’Etat Belge
  • Pays : Belgique, France, Luxembourg

La Tubize type 2 est une locomotive à marchandises à trois essieux moteurs et à tender séparé (C ou 0-6-0) qui date vraisemblablement des années 1869/70 à 1875/76.  Les locomotives du type 2 de Tubize reprises par l’Etat Belge deviendront le type 34 EB.  Il y aurait eu une bonne septantaine de locomotives de ce type.  Elles remplacent les types 1 comme locomotives à marchandises.

Locomotive Tubize à marchandises de la SGE, type 34 EB

Phil Dambly (1966) rapporte qu’un type de locomotives à marchandises avait été fourni par les Ateliers de Tubize à la Société Générale d’Exploitation (SGE) en 1869-1870.  Ces machines pesaient 39,95 tonnes et étaient à trois essieux accouplés.  Les roues mesuraient 1,35 m.  Vingt de ces machines furent incorporées dans le matériel de l’Etat sous la dénomination de « type 34 ».  Ce sont les EB 480 à 499.  Elles étaient appelées couramment type « Tubize à marchandises » et étaient utilisées sur la ligne du Luxembourg jusqu’en 1883.

En réalité, c’est une bonne septantaine de locomotives à marchandises du type 2 que les Ateliers de Tubize produisirent jusque vers 1875/76.

Ailleurs, le même Phil Dambly (1989) dit que la locomotive à marchandise du type 2 de Tubize, conçue par l’ingénieur Cenant (directeur des Ateliers de Tubize), fut réalisée à environ 70 exemplaires présentant quelques différences mineures selon les séries.  La SGE en utilisa 20 sur le Tamines-Landen (TL), les autres unités étant destinées aux filiales étrangères de la Cie des Bassins Houillers (CF de Lille à Valenciennes (LV), de Lérouville à Sedan (LS), et Prince Henri (PH)).  Ce type de machine à trois essieux couplés avait des roues de 1,35 m, un empattement de 4 m, des cylindres extérieurs horizontaux de 460 x 650 mm, un mécanisme de Walschaerts, une surface de chauffe totale de 114,27 m², une grille de 2,20 m², et pesait 35,30 t. en ordre de marche.  Les 20 unités de la SGE, qui avaient été livrées de juin 1869 à juillet 1870, et numérotées 126-145, furent incorporées dans le matériel de l’Etat sous les n° 480-499.  Désignées type 34 et couramment appelées type « Tubize à marchandises », ces machines étaient les plus puissantes Six Coupler roulant à l’époque sur le réseau de l’Etat.  Elles furent basées à Namur et à Jemelle de 1871 à au-delà de 1883.  Dix unités sortirent d’écritures avant 1889 et sept autres entre 1901 et 1905.  Les trois dernières (481, 486, et 488), qui assuraient des services locaux dans la région de Mons à la veille de la Grande Guerre, ont été réformées entre 1921 et 1926.  Deux exemplaires des machines sorties d’effectif à l’Etat ont été rachetées par la Flandre Occidentale entre 1888 et 1893, et utilisées jusqu’en 1906 sous les n° 124 et 126.

André Dagant (1980), dans son article sur les locomotives du réseau de la Flandre Occidentale, évoque cette machine C qui constituait une nouvelle version de la type 1, avec tablier droit, couvre-roues caractéristiques de Tubize, distribution Walschaerts, enveloppe de dôme en laiton, des roues légèrement plus petites, ce qui les spécifiaient pour les marchandises.  Légèrement supérieures.  Ce type connaîtra un grand succès avec une septantaine d’exemplaires réalisés.

Ces locomotives avaient pour ancêtre un prototype réalisé par Tubize pour l’EB, mais avec un empattement différent.  La SGE s’en était fait construire une série de 20, dont 4 pour les Flandres.  La majorité fonctionnaient sur le Tamines-Landen et le solde dans le Borinage.  Reprises par l’Etat, elles devinrent le type 34.  Elles s’éteignirent progressivement jusqu’après le conflit de 1918.

Parmi les unités revendues, 2 furent réparées à Tubize et revinrent à la FO.  Celle-ci acquit aussi la dernière locomotive du type.

La majeure partie de la série, destinée aux filiales étrangères des Bassins Houillers, vit quelques exemplaires commencer provisoirement leur carrière sur la FO (n° 123-126) en 1874.  Seule la première semble y être restée.  Les autres rejoignirent la France.  La n° 123, restée à la FO est encore réparée en 1905.  La n° 124 sera remplacée par une autre type 2, qui restera la dernière construite de ce type.  Elle restera en poste jusqu’en 1882, époque de sa cession à la Cie du Grand Central Belge.  Elle sera remplacée, une dernière fois, en 1888, par une type 2 liquidée par l’EB et rénovée à Tubize.

La chaudière, quoique différente, était interchangeable avec celle du type 7.  Il y avait aussi des variantes d’abris, de soupapes, de dômes et sablières, à l’intérieur de la série.

L’une de ces belles locomotives fut exposée à Paris en 1889 pour montrer l’état général remarquable d’un engin ayant parcouru un nombre considérable de km, notamment sur le TL et sur la ligne du Luxembourg.  Pourvue d’une nouvelle chaudière, elle revint à la FO sous le n° 126 (II).

Les locomotives type 2 de Tubize

Il a déjà été question plus haut des 20 premières.  Elles faisaient partie d’une série continue de 22 machines, les Tz 84-105, dont deux, les Tz 99 et 101 ne furent pas livrées à la SGE, mais bien en Argentine (Gran Central Sudamericano).  Ces deux locomotives, également des C (0-6-0), constituaient sans doute le type 3, avec un écartement différent (1.676 m).  Comme toutes ces machines font partie des 105 premières locomotives Tubize, il n’y a pas de liste officielle pour connaître avec précision leur numéro de fabrication.

Dans la liste Dagant (contenue dans un registre conservé par le PFT), les 20 premières type 2 seraient les Tz 84-103.  Les Tz 99 et 101 seraient également des type 2 et n’auraient rien à voir avec le Gran Central Sudamericano.  La Tz 104 serait une type 7 et la Tz 105 peut-être une type 9.

Tubize type 2 « à marchandises » – EB n° 493 – Tz 97 ? – Dessin d’Albert Jacquet.

La série suivante, les Tz 197-204, de 1873/1874, doivent avoir fait l’objet d’une seule et même commande.  La liste de fabrication originale des Ateliers de Tubize les renseigne toutes les huit comme commandées par la Compagnie des Bassins Houillers du Hainaut (BH, présidée par Simon Philippart) pour le CF Orléans-Rouen (OR) et précise juste que la n° 199 est au CF Lilles-Valenciennes (LV).  Ces locomotives semblent en fait avoir été réparties dans diverses compagnies du groupe Philippart : 2 au CF OR, 1 au CF LV, 1 au CF Lérouville-Sedan (LS) et 4 au CF Prince Henri (PH).  Ces quatre dernières sont généralement indiquées (dans les listes) comme des locomotives-tender, au contraire des autres.  Il n’est donc pas impossible qu’elles aient été modifiées par le PH.

Tz 202 – Tubize type 2 – CF du Prince Henri C56.

Suit une commande de 27 machines – les Tz 225-251 – pour le CF OR (1874-1875).  Aucune de ces locomotives ne semble finalement avoir été livrée, comme indiqué dans la liste originale des Ateliers de Tubize, au OR.  C’est ainsi que 15 machines se retrouvèrent au LV, 1 au CF de la FO, et 11 au PH.

Tz 235 – Tubize type 2 – CF du Prince Henri C53.

Les Tz 277-280 (Cde 604 du 22/09/1873) étaient destinées, d’après la liste originale des Ateliers de Tubize, au LS, mais comme le précise cette même liste, se trouvaient au LV.  Les listes dont je dispose [SJ et JPT] attribuent la n° 277 à la FO !  S’agirait-il des FO 123-126, dont une seule, la 123, resta au FO et les autres gagnèrent la France ?

La commande suivante (n° 730 de 1874), qui correspond aux Tz 303-311, était destinée, toujours d’après la liste originale des Ateliers de Tubize, au PH.  Mais cette liste précise que les n° 303-304 se trouvaient au LV et les n° 305-311 au CF du Nord français.  Les listes [SJ et JPT] les attribuent toutes au LV avant leur passage, en 1876, au CF du Nord.

Enfin, la commande 731 de 1874 attribue une dernière locomotive type 2 à la FO.

Toutes ces machines aboutirent, au départ, dans des compagnies ferroviaires contrôlées par Simon Philippart.  La liste de fabrication originale des Ateliers de Tubize et les informations fournies par les autres listes montrent bien que ces locomotives pouvaient facilement « voyager » d’une compagnie à l’autre au sein du groupe.  Cela incite en tous cas à beaucoup de prudence dans l’utilisation de la liste « originale » des Ateliers de Tubize !

Ainsi, d’après l’ouvrage « L »évolution des locomotives à vapeur de la Compagnie des Chemins de fer de l’ Est 1853 – 1938 » de Lucien Maurice Vilain, la Compagnie du Chemin de Fer de Lérouville à Sedan avait également mis en service neuf locomotives du type 030 [= 0-6-0 ou C] destinées à la traction des trains de marchandises.  Parmi celles-ci, sept locomotives numérotées LS 43, 44, 48, 49, 50, 51 et 52, avaient été construites en 1875 par les Ateliers de Tubize. Leurs chaudières, identiques à celle des 120 [= 2-4-0 ou 1B.  Il fait ici référence aux Tubize type 7], furent remplacées par la Cie de l’ Est à partir de 1881. Leurs tenders à deux essieux emportaient 4,5 tonnes de charbon et 8 mètres cubes d’eau. En 1926, la LS 52 fut la dernière à être rayée des effectifs après avoir parcouru environ 1 000 000 km .

Photographies et schémas :

Locomotive Tubize type 2 (type 34 EB), avec abri modifié, probablement pour le Prince Henri (Luxembourg) – Photographie d’usine (© Coll. Musée ‘de la Porte’ à Tubize).

Locomotive Tubize type 2 – Dessin d’Albert Jacquet.

Tubize type 2 – Dessin d’Albert Jacquet.

Tubize à marchandises, scan d’un bleu transmis par Benny Croonen.

Tubize à marchandises – type 34 de l’Etat Belge, n° 480 à 499, scan d’un bleu transmis par Benny Croonen.

Caractéristiques techniques

Documents

Procès verbaux d’epreuves de chaudières, 1874 et 1876 – Archives PFT

Compagnies concernées

  • CF de Tamines à Landen – Belgique
  • CF de Lille à Valenciennes – France
  • CF de Lérouville à Sedan – France
  • CF Prince Henri – Luxembourg
  • CF de l’Etat Belge – Belgique
  • CF de la Flandre Occidentale – Belgique
  • CF du Nord français – France

Bibliographie & Sources :

  • Listes originales de fabrication des Ateliers de Tubize, liste 1 – Archives André Dagant (conservées par le PFT).
  • Tableau original des types Tubize – Archives André Dagant (conservées par le PFT).
  • Musée ‘de la Porte’ à Tubize – Photothèque et Collection Ateliers de Tubize
  • Dessins d’Albert Jacquet
  • Phil DAMBLY, Le Rail, n° 123, 1966.
  • Phil DAMBLY, Vapeurs en Belgique, t. 1, p. 118.
  • Chemin de Fer Prince Henri. Nomenclature du matériel roulant. 1er janvier 1921.
  • www.rail.lu
  • L.M. VILAIN, L’évolution des locomotives à vapeur de la Compagnie des Chemins de fer de l’ Est 1853 – 1938 (Editions Pygmalion – Gérard Watelet / 1980), information reprise d’un forum. [consulté le 20/05/2019]

© Luc DELPORTE – dernière mise à jour 16/07/2019.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *