02/355.55.39 otp@tubize.be

La Compagnie des Tramways de la Sarthe

Locomotive Mansigné n° 54 du TS. Photographie d’usine, coll. Musée ‘de la Porte’ à Tubize.  Plaque Blanc-Misseron 182 de 1896.

La Compagnie des Tramways de la Sarthe constituait un ensemble de chemins de fer secondaires appartenant au Département de la Sarthe.  Le réseau s’ouvrit dès 1882 et disparut en 1947.  Il se développa en trois phases et utilisait la voie métrique.  Le matériel utilisé comprenait surtout des locomotives (0-6-0T) fabriquées à Tubize ou dans sa filiale de Blanc-Misseron.

Dans un ouvrage de 1888 sur « Les Chemins de fer à faible trafic en France »[1], on trouve les indications suivantes :

« Locomotives – 4 machines pesant 10 tonnes à vide, 13 tonnes en charge, sorties des Ateliers de Tubize (Belgique). (…) Les machines sont munies d’une forte cloche dont le mécanicien doit faire usage dès qu’il aperçoit une voiture ou des voyageurs sur les routes, ou pour annoncer son arrivée aux stations. L’usage du sifflet, qui effrayerait les chevaux, est proscrit. (…) Les machines de Tubize remorquent sur la ligne 35 tonnes brutes en temps normal, soit 7 véhicules. »

Au début de mai 1882, commande était faite à la SA La Métallurgique à Tubize d’une locomotive pour les Tramways de la Sarthe.  L’usine belge était apparemment en mesure de la fournir rapidement.  Et elle fut livrée dès juillet.  C’était une machine d’un type déjà en usage sur les réseaux de tramways de Valenciennes et de Saint-Etienne.  C’est d’ailleurs à ce dernier réseau qu’elle était primitivement destinée, comme en témoigne le n° 27 qu’elle portait à son arrivée dans la Sarthe.  Elle prit dans la Sarthe le n° 11.  C’était la locomotive Tubize 513 de 1882.

 

Traways de la Sarthe, cartes postales anciennes – Locomotives bi-cabine de type Tubize.

 

Description de la Tubize 513 de 1882

Le châssis, extérieur aux roues, reposait sur trois essieux couplés par l’intermédiaire de trois paires de ressorts à lames indépendants. Les cylindres attaquaient l’essieu médian et les tiroirs plans étaient actionnés par une distribution walschaerts. Le mécanisme était complètement enfermé dans un caisson muni extérieurement de volets relevables pour la visite, le graissage et… le refroidissement lors des arrêts prolongés, car cette protection efficace contre la boue et la poussière avait pour inconvénient de favoriser le chauffage des articulations.

La chaudière, très « ramassée », reposait sans porte-à-faux à l’aplomb des essieux couplés. La grille, dont l’arrière se situait au-dessus du dernier essieu, plongeait jusqu’à l’essieu médian. Le corps cylindrique, de 0,900 m de diamètre, se composait d’une première longue virole dont l’avant portait le dôme de prise de vapeur et d’une seconde, très courte, sur laquelle était fixée la plaque tubulaire avant; son axe était à 1.250 m au-dessus du rail.

L’importance de la surface de chauffe directe, obtenue grâce au foyer Belpaire, et le faisceau tubulaire court conféraient à ce générateur une bonne facilité de vaporisation très appréciable pour un service nécessitant de fréquents démarrages et des «coups de collier » pour gravir les rampes.

Ces machines possédaient en outre :

  • un appareil de condensation à 7 tubes,
  • un bac « brise-décharge » destiné à atténuer la violence des coups d’échappement,
  • une sablière avec tuyaux de descente de part et d’autre des roues médianes,
  • un changement de marche avec commande à vis,
  • un frein à vis agissant sur les quatre roues extrêmes.

En septembre 1882, 4 autres locomotives étaient commandées à La Métallurgique.  En raison des retards dans le développement du réseau, seule la première sera livrée, la n° 12 appelée « Périgné-l’Evêque ».  Elle était immatriculée Tubize 533 et différait quelque peu de la précédente (c’est-à-dire de la Tubize 513).  Construite spécialement pour le réseau, elle ne comportait qu’un seul poste de conduite à l’arrière, l’usage général des plaques tournantes dans les gares du réseau sarthois permettait de tourner les machines en cas de besoin.

Le prolongement du réseau, finalement acquis en 1883, permit aux Tramways de la Sarthe de commander 2 nouvelles locomotives.  Elles étaient identiques à la n° 12.  Ce sont les n° 13 « Challes » (Tubize 537) et n° 14 « Volnay » (Tubize 540) de 1883.

Début 1886, 5 locomotives semblables aux précédentes furent commandées aux Ateliers de Tubize mais réalisées par sa filiale la Société des Ateliers de Construction du Nord de la France à Blanc-Misseron.  Elles portent donc la plaque « Blanc-Misseron » et un n° qui est propre à ce constructeur, mais elles sont également enregistrées dans la liste constructeur des Ateliers de Tubize.  Ces locomotives étaient destinées à la ligne de Saint-Denis-d’Orques.  Comme son ouverture se faisait attendre, 4 de ces machines furent finalement envoyées sur le réseau du Loir-et-Cher.  Une seule fut livrée aux TS où elle reçut le n° 15 et l’appellation « Loué ».  C’était la toute première locomotive de la série avec plaque Blanc-Misseron, la n°1.  Dans la nomenclature des Ateliers de Tubize, elle est la Tubize 626 de 1886.

 

Tramways de la Sarthe, cartes postales anciennes – locomotives mono-cabine de type Tubize.

 

A la fin de cette même année 1886, une nouvelle commande de 12 locomotives était faite aux ANF.  En principe, elles devaient être livrées à raison de 4 machines en juillet 1887, 4 en novembre 1887 et 4 au 1er mars 1888.  Ces 12 machines étaient normalement toutes destinées aux lignes du Loir-et-Cher, mais 4 d’entre-elles furent distraite de la commande initiale et finalement livrées aux TS, en compensation des 4 machines pour les TS qui avaient été précédemment livrées au Loir-et-Cher.  Il s’agit de des locomotives « Saint-Denis-d’Orques », n° 16 des TS (Tubize 681 – Blanc-Misseron 19), « Coulans », n° 17 des TS (Tubize 682 – Blanc-Misseron 20), « Crannes », n° 18 des TS (Tubize 689 – Blanc-Misseron 27), et « Vallon », n° 19 des TS (Tubize 690 – Blanc-Misseron 28).

Les machines n° 16 à 19 donnèrent lieu à de sérieuses difficultés lors des essais auxquels elles furent soumises  en vue de leur autorisation de mise en service.  La n° 16 dérailla trois fois.  Le permit de circuler leur fut refusé.  Le problème venait de légères différences entre les spécifications pour le Loir-et-Cher et celles pour la Sarthe.  Un monteur fut dépêché sur place par le constructeur et tout rentra vite dans l’ordre.

Pour le service des lignes du deuxième réseau, 13 machines semblables aux précédentes furent commandées au début de 1896 aux ANF.  Elle présentaient toutefois quelques améliorations par rapport à leurs devancières, notamment le remplacement des 103 tubes par 71 tubes à ailettes (tubes Serve).  Finalement, 10 de ces machines furent livrées aux TS (les Tubize 1049 à 1055 [= Blanc-Misseron 175 à 181] et 1059 à 1061 [= Blanc-Misseron 185 à 187]), les 3 dernières partirent pour les Tramways d’Ile-et-Vilaine (Tubize 1056 à 1058, Blanc-Misseron 182 à 184).

Ces trois machines prélevées de la commande furent remplacées par 3 autres machines sur un lot de 12 locomotives ayant fait l’objet d’un marché, fin juin 1896, au profit du réseau d’Ile-et-Vilaine.  C’étaient les Tubize 1099 à 1101 (Blanc-Misseron 212 à 214).

La Tubize 1061 (Blanc-Misseron 187), nommée « Nogent-le-Bernard », qui portait le n° 62 des TS, fut équipée d’un générateur spécial, une chaudière munie d’un foyer, système Docteur.  L’adaptation à la machine n° 62 d’un générateur de ce type, qui fut soumis à l’épreuve réglementaire le 25 juin 1898, nécessita une étude spéciale qui en retarda la finition. Par rapport aux autres de la série, la 62 présentait les différences suivantes:

  • Le corps cylindrique, dont l’axe avait dû être relevé de 0,20 m, avait son diamètre légèrement réduit pour ménager l’emplacement du réservoir de vapeur. Le nombre des tubes Serve était, en conséquence ramené de 71 à 68.
  • En contrepartie, la longueur du faisceau tubulaire avait été portée de 1,389 m à 1,572 m pour obtenir une surface de chauffe suffisante. La longueur de la machine fut accrue en conséquence, et son empattement porté de 1,80 m à 2,00 m.
  • Le poids fut majoré d’environ une tonne.

Lors des essais auxquels elle fut soumise le 24 janvier 1899, le Service du Contrôle nota que la pression n’avait pu être maintenue, en rampe, qu’en serrant l’échappement et que la conduite du feu était plus délicate que sur les autres locomotives. Il observa en outre que la présence du réservoir de vapeur restreignait la visibilité de l’équipe de conduite …

Les TS effectuèrent une dernière grosse commande de 19 locomotives au ANF vers 1910.  Elles furent apparemment livrées sur plusieurs années, de 1910 à 1913.  Se sont les Tubize 1636 à 1649 et 1651 à 1656 (Blanc-Misseron 351 à 369).  De ces machines, 2 locomotives furent cependant livrées aux Tramways à vapeur du Loir et Cher où elles prirent les n° 39 et 40.  C’étaient les TS 105 et 106 (Tubize 1640 et 1641 – Blanc-Misseron 355 et 356).

 

Locomotive TS 109 – Tubize 1644 (Blanc-Misseron 359) de 1912.

 

Liste des locomotives Tubize & Blanc-Misseron livrées aux TS

Tableau des locomotives Tubize livrées aux TS

année voie Essieux type destinataire et chronique radiation
513 1882 1000 Cn2t commandé pour Tramways de Saint-Etienne « 27 », livré aux Tramways de la Sarthe, Le Mans « 11 » « CHANGÉ? » /1914 -> Deutsche Heere
533 1882 1000 Cn2tk Tramways de la Sarthe, Le Mans « 12 » « PARIGNÉ L’EVÊQUE » 1937
537 1883 1000 Cn2t Tramways de la Sarthe, Le Mans « 13 » « CHALLES » 1937
540 1883 1000 Cn2tk Tramways de la Sarthe, Le Mans « 14 » « VOLNAY » 1933
626 1886 1000 Cn2tk BM 1 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 15 » « LOUÉ » 1937
627 1887 1000 Cn2tk BM 2 commandée pour les Tramways de la Sarthe « 16 », livrée aux Tramways à Vapeur du Loir et Cher « 4 » « NEUNG-SUR-BEUVRON » /1903 -> « 13 » /1931 -> « 1 »
628 1887 1000 Cn2tk BM 3 commandée pour les Tramways de la Sarthe « 17 », livrée aux Tramways à Vapeur du Loir et Cher « 1 » « BLOIS » /1903 -> « 14 » /1931 -> « 2 »
629 1887 1000 Cn2tk BM 4 commandée pour les Tramways de la Sarthe « 18 », livrée aux Tramways à Vapeur du Loir et Cher « 2 » « OUCQUES » /1903 -> « 15 » /1931 -> « 3 »
630 1887 1000 Cn2tk BM 5 commandée pour les Tramways de la Sarthe « 19 », livrée aux Tramways à Vapeur du Loir et Cher « 3 » « BRACIEUX » /1903 -> « 16 » /1931 -> « 4 »
681 1888 1000 Cn2tk BM 19 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 16 » « SAINT-DENIS D’ORQUES » /19xx -> MTVS Valmondois
682 1888 1000 Cn2tk BM 20 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 17 » « COULANS » /1914 -> Deutsche Heere
689 1887 1000 Cn2tk BM 27 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 18 » « CRANNES » 1944
690 1887 1000 Cn2tk BM 28 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 19 » « VALLON » 1946
1049 1897 1000 Cn2tk BM 175 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 50 » « BONNETABLE » 1937
1050 1897 1000 Cn2tk BM 176 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 51 » « FOULLETOURTE » /1933 -> Fonderie Chappé, Antoigné /1969 Musée de l’Automobile, Le Mans, Sarthe [F] « 51 » « FOULLETOURTE »
1051 1897 1000 Cn2tk BM 177 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 52 » « MAYET » 1933
1052 1897 1000 Cn2tk BM 178 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 53 » « PONTVALLAIN » 1933
1053 1897 1000 Cn2tk BM 179 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 54 » « MANSIGNÉ » 1944
1054 1897 1000 Cn2tk BM 180 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 55 » « ALLONNES » 1937
1055 1897 1000 Cn2tk BM 181 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 56 » « COULAINES » 1937
1059 1897 1000 Cn2tk BM 185 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 57 » « SAVIGNÉ L’EVÊQUE » 1937
1060 1897 1000 Cn2tk BM 186 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 58 » « BEAUFAY »
1061 1898 1000 Cn2tk BM 187 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 62 » « NOGENT-LE-BERNARD » 1937
1099 1896 1000 Cn2tk BM 212 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 59 » « MAMERS » 1933
1100 1896 1000 Cn2tk BM 213 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 60 » « LA FERTÉ-BERNARD » /1937 -> Fonderie Chappée, Antoigné /1949 -> Ouest Métaux, Champagné /1976 -> Musée des Transports de Valmondois « 60 » « LA FERTÉ-BERNARD »
1101 1896 1000 Cn2tk BM 214 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 61 » « ST COSME-DE-VAIR » 1937
1636 1910 1000 Cn2t BM 351 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 101 » 1947
1637 1910 1000 Cn2t BM 352 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 102 » 1947
1638 1910 1000 Cn2t BM 353 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 103 » 1947
1639 1910 1000 Cn2t BM 354 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 104 » 1947
1640 1910 1000 Cn2t BM 355 prévue pour Tramways de la Sarthe « 105 », livrée aux Tramways à Vapeur du Loir et Cher « 39 »
1641 1910 1000 Cn2t BM 356 prévue pour Tramways de la Sarthe « 106 », livrée aux Tramways à Vapeur du Loir et Cher « 40 »
1642 1911 1000 Cn2t BM 357 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 107 » 1947
1643 1911 1000 Cn2t BM 358 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 108 » 1947
1644 1912 1000 Cn2t BM 359 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 109 » 1947
1645 1912 1000 Cn2t BM 360 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 110 » 1947
1646 1912 1000 Cn2t BM 361 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 111 » 1947
1647 1912 1000 Cn2t BM 362 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 112 » 1947
1648 1912 1000 Cn2t BM 363 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 113 » 1947
1649 1912 1000 Cn2t BM 364 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 114 » 1947
1651 1912 1000 Cn2t BM 365 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 115 » (laut anderern Quellen F-Nr. 1650) /1948 Usine Chappée, Antoigné 1957
1652 1912 1000 Cn2t BM 366 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 116 » 1947
1653 1913 1000 Cn2t BM 367 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 117 » 1947
1654 1913 1000 Cn2t BM 368 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 118 » 1947
1655 1913 1000 Cn2t BM 369 Tramways de la Sarthe, Le Mans « 119 » 1947
1737 1911 1000 Cn2t Tramways de la Sarthe, Le Mans « 105 » 1947
1738 1911 1000 Cn2t Tramways de la Sarthe, Le Mans « 106 » 1947

Source : liste établie par Sébastien Jarne


 

Tableau des locomotives Blanc-Misseron livrées aux TS

année écartement essieux n° Tubize destinataire nom remarques
1 1885 1000 Ct 626 Tramways de la Sarthe, Le Mans 15 LEÚE
2 1887 1000 Ct 627 Tramways à vapeur du Loir et Cher 4 NEUNG SUR BEUVRUN commandé par la Sarthe
3 1887 1000 Ct 628 Tramways à vapeur du Loir et Cher 1 BLOIS commandé par la Sarthe
4 1887 1000 Ct 629 Tramways à vapeur du Loir et Cher 2 OUCQUES commandé par la Sarthe
5 1887 1000 Ct 630 Tramways à vapeur du Loir et Cher 3 BRACIEUX commandé par la Sarthe
25 1887 1000 Ct 687 Tramways de la Sarthe, Le Mans 16 SAINT DENIS D´ORQUES
26 1887 1000 Ct 688 Tramways de la Sarthe, Le Mans 17 COULANS
27 1887 1000 Ct 689 Tramways de la Sarthe, Le Mans 18 CRANNES
28 1887 1000 Ct 690 Tramways de la Sarthe, Le Mans 19 VALLON
175 1897 1000 Ct 1049 Tramways de la Sarthe, Le Mans 50 BONNETABLE
176 1897 1000 Ct 1050 Tramways de la Sarthe, Le Mans 51 FOULLETOURTE
04.1947 Fonderie Usines Radiateurs, Antoigne St. Jamme
09.1967 Musée de l´automobile, Le Mans, Sarthe [F] 51 FOULLETOURTE
177 1897 1000 Ct 1051 Tramways de la Sarthe, Le Mans 52 MAYET
178 1897 1000 Ct 1052 Tramways de la Sarthe, Le Mans 53 PONT VALLIN
179 1897 1000 Ct 1053 Tramways de la Sarthe, Le Mans 54 MANSIGNÉ
180 1897 1000 Ct 1054 Tramways de la Sarthe, Le Mans 55 ALLONNES
181 1897 1000 Ct 1055 Tramways de la Sarthe, Le Mans 56 COULAINES
185 1897 1000 Ct 1059 Tramways de la Sarthe, Le Mans 57 SAVIGNÉ l´EVÊQUE
186 1897 1000 Ct 1060 Tramways de la Sarthe, Le Mans 58 BEAUFAY
187 1898 1000 Ct 1061 Tramways de la Sarthe, Le Mans 62 NOGENT LE BERNARD
212 1896 1000 Ct 1099 Tramways de la Sarthe, Le Mans 59 MAMERS
213 1896 1000 Ct 1100 Tramways de la Sarthe, Le Mans 60 LA FERTÉ BERNHARD
214 1896 1000 Ct 1101 Tramways de la Sarthe, Le Man 61 ST COSME DE VAIR
351 1910 1000 Ct 1636 Tramways de la Sarthe, Le Mans 101
352 1910 1000 Ct 1637 Tramways de la Sarthe, Le Mans 102
353 1910 1000 Ct 1638 Tramways de la Sarthe, Le Mans 103
354 1910 1000 Ct 1639 Tramways de la Sarthe, Le Mans 104
357 1911 1000 Ct 1642 Tramways de la Sarthe, Le Mans 107
358 1911 1000 Ct 1643 Tramways de la Sarthe, Le Mans 108
359 1911 1000 Ct 1644 Tramways de la Sarthe, Le Mans 109
360 1911 1000 Ct 1645 Tramways de la Sarthe, Le Mans 110
361 1911 1000 Ct 1646 Tramways de la Sarthe, Le Mans 111
362 1911 1000 Ct 1647 Tramways de la Sarthe, Le Mans 112
363 1912 1000 Ct 1648 Tramways de la Sarthe, Le Mans 113
364 1912 1000 Ct 1649 Tramways de la Sarthe, Le Mans 114
365 1912 1000 Ct 1651 Tramways de la Sarthe, Le Mans 115
366 1912 1000 Ct 1652 Tramways de la Sarthe, Le Mans 116
367 1913 1000 Ct 1653 Tramways de la Sarthe, Le Mans 117
368 1913 1000 Ct 1654 Tramways de la Sarthe, Le Mans 118
369 1913 1000 Ct 1655 Tramways de la Sarthe, Le Mans 119

Source : liste établie par Jens Merte

 

L’examen de ces listes appelle quelques remarques.

  • La Tubize 626 (Blanc-Misseron 1) est datée de 1885 sur une liste et de 1886 sur l’autre.
  • Les Tubize 687 et 688 (Blanc-Misseron 25 et 26) sont attribuées, sur une liste, aux Tramways à vapeur du Loir et Cher où elles portent les n° 9 et 11 et les noms de Dhuizon et Chaumont-sur-Thaornne.  Ces mêmes locomotives sont attribuées, sur l’autre liste, aux Tramways de la Sarthe où elles portent les n° 16 et 17 et les noms Saint-Denis-d’Orques et Coulans.
  • Enfin, on constatera sur la photographie d’usine que la locomotive Mausigné n° 54 [sic] porte l’immatriculation Blanc-Misseron 182 de 1896.  Dans la liste Tubize de Sébastien Jarne la BN 182 correspond à la Tubize 1056, était destinée aux Tramways d’Ile et Vilaine (n°1) et s’appelait Liffré.  C’est également le cas dans la liste Blanc-Misseron de Jens Merte.  Dans ces deux listes, la locomotive Mansigné n° 54 est la Tubize 1053 et Blanc-Misseron 179 !

 

Plusieurs de ces locomotives sont encore conservées de nos jours :

  • Au MTVS – Musée des Tramways à Vapeur et des chemins de fer Secondaires français
  • Au TRANSVAP – Chemin de fer touristique de la Sarthe

[1] A. SAMPITE, Les Chemins de fer à faible trafic en France. Lignes secondaires des grands réseaux. Chemins de fer d’intérêt local et tramways à vapeur. Etablissement et exploitation, Paris, 1888, en particulier le chap. XXII : Tramways de la Sarthe, pp. 317-337.

 

© Luc DELPORTE – 21/09/2017.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *