Le Trésor gallo-romain de Tubize est restauré

A ce jour, deux trésors gallo-romains ont été découverts sur le territoire de Tubize (voir l’article qui leur est consacré).  L’un d’eux a disparu dans un incendie en 1887.  L’autre est conservé au Musée ‘de la Porte’.  Les 85 pièces de ce dernier trésor avaient été nettoyées une première fois dans les années 1970.  Depuis, le temps avait fait son oeuvre, d’autant plus qu’une matière contre-indiquée avait jadis été utilisée pour fixer les pièces sur un présentoir, provoquant une forte corrosion du  métal sur la surface de contact.   

La décision de restaurer le trésor gallo-romain de Tubize a donc été prise.  C’est l’atelier de restauration de la Fédération des Archéologues de Wallonie et de Bruxelles qui s’en est chargé, sous la direction de Mme Letizia Nonne.  La restauration du Trésor s’est faite du 9 mars au 12 mai 2010.  Son objectif était d’améliorer la visibilité de l’objet en vue de sa présentation et de permettre sa conservation à long terme. 

Les constatations avant restauration étaient les suivantes :

  • présence d’un noyau métallique
  • homogénéité de la corrosion et des dépôts terreux
  • corrosion uniforme sous forme d’oxydation et de ternissement
  • à certains endroits, apparition d’une corrosion localisée sous forme de concrétions ou d’une corrosion piquée de points verts
  • présence de traces de graisse probablement dues aux résidus de colle utilisée pour l’exposition des pièces dans les anciennes vitrines

Le traitement a consisté en :

  • un nettoyage à l’aide d’un bâtonnet entouré de coton imbibé d’éthanol ou d’acétone et d’un scalpel sous binoculaire. 
  • un nettoyage mécanique à l’aide d’ultrason (détachement de la corrosion ou des sédiments par vibration) avec immersion de la pièce dans une solution d’acétone.
  • une finition avec un nettoyage mécanique à l’aide de gommes abrasives de bijoutier et de brossettes sur micro tour. 

Après restauration, les décors sont nettement plus précis et les inscriptions apparaissent plus clairement. 

Les pièces ont enfin subi un traitement de conservation :

  • séchage à l’acétone et à l’étuve pendant une heure
  • stabilisation de la corrosion par immersion dans un inhibiteur de corrosion
  • protection par immersion dans une solution de résine acrylique
  • protection par application au pinceau (sous les lampes à infrarouges) de cire micro cristalline incolore diluée dans le white-spirit. 
  • séchage à l’air
  • lustrage avec une brosse à poil doux et un tissu en coton

Une salle du Musée sera prochainement consacrée à ce trésor et à l’économie d’échange à l’époque gallo-romaine.  Les autres pièces gauloises et romaines sont en restauration, elles aussi.  Dès qu’elles nous reviendront, le Musée pourra mettre la dernière main à l’aménagement de cette salle. 

En attendant de pouvoir admirer ce trésor, voici quelques photos qui donnent une idée de la qualité du travail de restauration effectué.  Les photographies de pièces sur fond rouge ont été prises avant la restauration.  Les autres montrent la même pièce après traitement.


Leave a Reply